Le bleu de méthylène fait la fortune de Provepharm

L'entreprise marseillaise se retrouve dans la peau d'un leader mondial.

Rares sont les entreprises qui, en cette période difficile, voient l'avenir en bleu. C'est pourtant le cas de Provepharm, une jeune société marseillaise, qui grâce à la mise au point d'un système breveté de purification du bleu de méthylène, voit frapper à sa porte les plus grands laboratoires mondiaux.

Tout a commencé en 2007, lorsque Michel Féraud également à la tête de la société de recherche Provetech - en fait la maison mère de Provepharm -, s'est intéressé au bleu de méthylène synthétisé depuis 1876. Un composé organique connu pour ses propriétés colorantes qui, il y a 136 ans, a contribué à forger la réputation du jean's. Présent dans les armoires de nos grands-mères pour ses vertus antiseptiques, on le sait à présent utile pour traiter la malaria, des infections oculaires et plusieurs intoxications. Oui mais voilà, cet antidote possédait un grave défaut : sa capacité à emprisonner de manière irrémédiable des métaux lourds et des impuretés.

"On était dans une impasse. Provepharm a revisité la méthode de synthèse et a trouvé le moyen de l'obliger à se séparer de ses impuretés. C'est notre secret. C'est lui qui fait l'objet de plusieurs brevets mondiaux", résume Michel Féraud. La conséquence de cette découverte est que le bleu devenu pur voit s'ouvrir devant lui un champ d'applications conséquent. "L'intérêt est si net, que nous avons obtenu en un temps record une autorisation européenne pour mettre sur le marché notre produit, le Proveblue. C'est très rare. Le laboratoire Daiichi Sankyo, nº20 japonais, nous a aussi approchés. Nous avons signé avec lui un accord d'exclusivité pour la fourniture du bleu. Provepharm s'est aussi doté d'une filiale aux USA. Elle a son siège à New York. L'entreprise s'envole et nous sommes en train de pénétrer le reste du monde", poursuit Michel Féraud. Tout cela depuis le technopôle de Marseille Château-Gombert où la jeune entreprise va se doter d'un nouveau siège social d'environ 1 600 m².

La production de la poudre de bleu de méthylène extra-pur et du bleu en solution a été confiée à deux façonniers, l'un à Lyon, l'autre en Italie. Des contrats sécurisés, car le produit est sensible et susceptible d'applications qui sont autant de marchés potentiels. "Le bleu est prometteur pour établir un diagnostic du cancer colorectal. Son utilisation est bien plus simple et moins coûteuse. Pour ce qui concerne la malaria, les études cliniques vont débuter. Vous verrez, 2012 va être une année riche car le vent est porteur", conclut Féraud.

Source : La Provence

Bookmark and Share

Informations supplémentaires