Christian Rey - Directeur Général de Marseille Innovation

« Créer une masse critique »

 

Aujourd’hui vice-président de Marseille Innovation, Christian Rey a été l’incarnation de la pépinière, dès l’origine jusqu’en 2018. Il revient sur un parcours au long cours et analyse les forces et les faiblesses d’un écosystème confronté à une crise inédite.

 

«  Aux débuts de Marseille Innovation, nous sommes partis de rien en 1996. D’une activité de valorisation de la recherche au sein d’un institut technologique nous en avons élaboré, quasiment ex nihilo, une autre consacrée à la gestion de start up. Petit à petit, les choses se sont mises en place, ont pris une nouvelle dimension et les collectivités ont cru en nous. Beaucoup d’entrepreneurs ont été accompagnés et sont montés en puissance en échangeant. Les discussions autour de la machine à café ont généré beaucoup de business. La connivence de la proximité a fait des miracles. Aujourd’hui en temps de crise, il faut réinventer, repenser le modèle autour d’éléments structurants post Covid. Il me semble toujours prioritaire de garder à l’esprit cette notion de temps long qui permet à une entreprise de s’épanouir. Il s’agit aussi d’accompagner des entreprises qui interviennent dans des secteurs en résonance avec le territoire. Pour créer de l’activité, il faut partir des forces vives et instaurer des locomotives tels que le CIC pour le 4 ème site de Marseille Innovation. Le numérique est incontournable mais cela peut être aussi la pétrochimie, l’aéronautique etc… Les partenaires privés permettent d’aller plus vite. J’ai souhaité rester impliquer dans la dynamique de Marseille Innovation parce que ce défi est passionnant, être en contact, rapprocher les acteurs de l’innovation, créer du lien c’est aussi le moyen de maintenir une économie sur un territoire. Ce n’est pas un hasard, beaucoup d’entrepreneurs passés par l’accompagnement de Marseille Innovation se sont investis, voire se sont inspirés du modèle pour leur propre projet entrepreneurial. Dans cette période inédite, il ne faut oublier l’impact du lieu, l’ancrage physique a du sens. Même si le travail à distance, le virtuel peuvent bouleverser ces notions, nous devons travailler dans la résilience, élaborer un modèle 2.0, on ne peut pas se permettre d’être un territoire neutre  ».

 

Christian Rey, Vice-président Marseille Innovation.