La « Massilia Touch » gagne les industries numériques

Les talents phocéens osent tout, y compris renverser les modèles établis. Revue de détail.

Marseille muse des nouveaux modèles du web ?
La capitale rebelle qui a déjà secoué les règles établies de l’urbanisme, de la consommation et du luxe, s’attaque maintenant à l’univers des technologies de l’information. « La profonde mutation des fondements industriels de la ville a décomplexé les créateurs d’entreprises et encourage l’émergence de nouveaux modèles d’innovation », pouvait-on entendre lors de la 5ème édition de Lift France, la conférence internationale sur la créativité, la technologie et la société récemment organisée à Marseille par la Fondation internet nouvelle génération (Fing), poil à gratter parisiano-phocéen des industries numériques.

Près de 3000 participants ont assisté aux conférences et ateliers qui faisaient la promotion «d’une autre façon de produire». «Plus de 2,5 milliards d’êtres humains sont déjà connectés aux réseaux. Demain, internet nous reliera également à des dizaines de milliards d’objets, de capteurs, de robots, qui dialogueront entre eux et prendront progressivement en charge des pans entiers de la gestion de notre vie quotidienne. Cette dynamique influence l’ensemble de notre économie. Elle bouleverse les organisations, les modes de production, le travail, le rapport au savoir et à la connaissance, l’expression démocratique, les liens sociaux et le rôle de la puissance publique. Nous ne sommes en fait qu’à l’aube des transformations numériques de nos sociétés et des incroyables opportunités de croissance que suggère l’adaptation de secteurs entiers», explique Laurent Gille, enseignant-chercheur au département de sciences économique et sociale de Telecom ParisTech.

Marseille offre de beaux exemples des changements de paradigmes qui s’opèrent : Citivox (guide de sortir en ville), Digitick (billetterie nouvelle génération), Voyage Privé (séjour haut de gamme au rabais), docTrackr (sécurisation des documents partagés en ligne), Let (réseau social), entre autre, multiplient les affronts aux standards économiques. Ce dernier, monté par l’ancien fondateur de Miyowa, Pascal Lorne, entend même défier Facebook sur ses propres terres avec un système de détection automatique des informations susceptibles de faire le buzz dans le flot continu de données qui alimente le web. « La Massilia Touch est une réalité qui fait son incursion dans tous les domaines », confirme Philippe de Fontaine Vive, vice président de la Banque Européenne d’Investissement et membre fondateur de l’association Massilia Mundi qui réuni les Marseillais éparpillés sur la planète. Au dernier startup weekend phocéen, c’est d’ailleurs une initiative qui mélangeait les genres qui s’est distinguée : Imakeat, site de commande de coffrets culinaires frais et pré-dosés pour réaliser chez soi des recettes gastronomiques.

Startupers, à vos fourneaux !

Marseille Innovation

Partager cet article

Inscrivez vous à notre newsletter

Recevez toutes les actualités et les évènements directement sur votre boîte mail.

Plus d'actualités

Seawards : la cryo-séparation dans le dessalement d’eau de mer

Anciennement accompagnée par Marseille Innovation, Seawards créée par Hubert Montcoudiol et Hervé de Lanversin développe une nouvelle technologie, la cryo-séparation dans le dessalement d’eau de mer.

Onet s’implique chez Marseille Innovation

Fort de ses divers métiers et de sa volonté de stimuler l’innovation en interne, le groupe Onet développe sa stratégie en la matière et rejoint le Conseil d’administration de Marseille Innovation.

L’Union Maritime et Fluviale et Marseille Innovation font cause commune

Martin Féraud, président de la commission Innovation et Digital au sein de l’Union Maritime et Fluviale (UMF), expert et en charge de plusieurs entreprises dans les secteurs du transport et de la logistique, a été acteur du rapprochement avec Marseille Innovation.